Blog en mutation

Changement de peau pour ce blog, et léger changement de cap. La saison #3 du Trek Telecom n’ayant pas lieu tout de suite (c’est un peu les scenaristes et un peu les acteurs qui sont en pause), je vais profiter de ces quelques mois pour élargir officiellement le champ d’actions de Nereÿs.

Ce nouveau champ est celui des voyages d’études sur le terrain, hautement connectés pour faire participer avant, pendant et après ceux qui ne voyagent pas, et éco-responsables. Le Trek Telecom en est un exemple, destinés aux étudiants. J’espère que nous pourrons le généraliser à d’autres écoles, d’ingénieur et de commerce, mais également des gens du design, des beaux-arts, et des étudiants en sciences-humaines, sociologie, anthropologie, philosophie, et puis aussi des écoles de journalisme, et puis des artistes.

J’y reviendrai.

En attendant, j’ai la chance d’apporter le savoir-faire de Nereÿs au premier tour du Monde participatif, celui de Marion Thomas, You and Me Around the World. Je ferai donc quelques billets ici et là pour expliquer le back stage de cette aventure.

Et en parallèle, je vais achever la mutation de ce blog en réorganisant les catégories et les anciens billets.

Orange : 40 euros pour conserver son ancien mobile

Extrait de cet article du Monde du 23 mars (dont hautement périssable si vous n’êtes pas abonné au Monde) :

Comment tirer parti de la crise en s’offrant une image plus « écolo » ? C’est ce que tente France Télécom-Orange qui, depuis le 5 mars 2009, donne un chèque de 40 euros à tous ses clients préférant, au moment de prolonger leur abonnement, conserver leur vieux téléphone mobile plutôt que s’en offrir un nouveau. Le premier opérateur de télécommunications hexagonal verse en plus 5 euros au WWF, le fonds mondial pour la nature.

Voir également cet article plutôt critique de BusinessMobile : Orange fait-il payer à ses clients sa démarche écologique ? (merci @MathiasGuille pour le lien)

Le Tour de France à pieds de Pierre Cardonnel

Incroyable, l’idée de départ de notre Trek Telecom, faire un tour de France à pieds, comme dans ce livre d’enfants que beaucoup d’entre nous ont lu, Pierre Cardonnel vient de l’entamer à partir d’Aix en Provence, et demande à la communauté Facebook de l’héberger.

Je m’appelle Pierre Cardonnel, je suis membre de la communauté Facebook, et je vais entamer un périple de cinq mois avec votre aide.

En 150 jours de marche, je vais parcourir la France à pieds sur 4982 kms, avec une moyenne quotidienne de 33 kms. Chaque soir, je ferai étape chez un membre de la communauté Facebook qui participera donc pleinement à l’aventure, et qui sera le représentant de sa ville. Ce sera l’occasion de vérifier que par le biais des amis des amis, le réseau Facebook permet un périple comme celui-ci.
Un portrait de chaque hôte sera publié, et permettra d’avoir un album représentant 150 habitants des villes et villages de France.

Cela se passe ici, et .

Benoît Kubiak à nouveau sur les routes

J’en avais parlé l’année dernière, Benoît Kubiak fait partie de ces gens qui prennent un jour leur sac à dos, et vont sur le terrain, à pied, vérifier ce qu’on leur a dit.

Le sujet de Benoît ? L’avenir du climat.

Extrait de AvenirClimat.info :

Partir sac au dos pendant un an, avec l’objectif de traverser deux continents, sans discontinuité, est d’abord une aventure. Parcourir plusieurs dizaines de milliers de kilomètres sans recourir à l’avion, c’est avoir la chance d’aller à la rencontre des gens, de découvrir une multitude de cultures et de modes de vie. En parcourant l’Europe et l’Asie à la rencontre de celles et ceux qui agissent pour s’adapter au changement climatique, je souhaite témoigner des méthodes et actions possibles pour lutter contre le changement climatique, et les faire connaître en France.

Benoît repart vendredi 13 mars prochain, direction l’Asie. Il donne rendez-vous le 4 avril, pour un apéro en visioconf’ quelque part sur les bords du Danube. Je propose à nos propres trekkers d’entrer en contact avec lui et d’ouvrir leur webcam le 4 avril, pour partager l’apéro avec Benoît, ses suiveurs, et ceux qui seront autour des trekkers quelque part en Europe aussi.

Bonne route Benoît ! Et aux autres, suivez le sur facebook, sur son site, sur google maps, sur twitter, sur sa liste de diffusion, et pourquoi pas sur les routes ?